FRANCE 0033758301871
CANADA +1514 7002199
[email protected]

Achat carte d’ appel


Exclusivité: Débat CHOC entre Mfumu Ntoto et Daniel Mwana Nteba

Congomikili vous présente ce reportage: Kinshasa: Exclusivité: Débat CHOC entre Mfumu Ntoto et Daniel Mwana Nteba . Suivez ces images!


TODAY FAITS DIVERS: WHO COULD THINK THAT PEOPLE COULD BUY WORD…

The Most Expensive marketing on the internet, By Larry Kim from Paid Search Marketing

Based On the heels of search engine blow-out Q2 2011 earnings announcement last week,here is the most expensive words and phrase according most search engine are : looking car dealer(new car, loan for car, buying a car, car credit, auto financing) , student loans, internet service, account bank with no credit, credit online, best credit, find the best bank mortgage, bank accounts , checking account, current bank accounts , debit card, online accounts, best credit cards, bank account , bank loan, best price for internet services, conferencing, phone for internet, internet and phone, phone card, conference call with colleagues, conference call to work, conference call in office, Instructions how to conference call, ip telephone, gold buy , where to buy gold , gold coin, online credit, open online account, mutual funds, free accounting, findcredit Suisse, Looking for a doctor, health problem, depression, solution for 401k, stocks, investment, social work help,mesothelioma and mesothelioma related issues, mesothelioma attorney los angeles , attorney in los angeles, www mesothelioma . com ,right attorneys, la attorneys, criminal justice, law criminal, insurance companies, dwi, criminal law, best los angeles attorney , best la lawyers in criminal law . In 1990 when the all internet thing started, who could think that some days people could buy words.

congomikili.com
Pour contactez Congomikili.com appelez le +1514-7002199 ou par email [email protected]
  1. Ingeta Ba Yaya

    Franchement ceci a ete un bon debat portant rapport a une eclairessissment sur la realite de la competence vis a vis des Politics congoalais. Personnellement J’apprecie la facon dont Mr. Daniel voit les choses, soit concoit ses penses ainsi que sa vision concernant l’épanouissement d’un meilleur Congo en general. Biensure nous le savons tous bien que les politics congolais s’ecarte de leur propre vraie ideologie par manque de patience, a part biensure Mr. Etienne Tshisekedi qui est reste franc vis a vis a ses penses et ideologie; et J’aurais espere’ de meme pour Mr. Daniel M.
    Donc, cad que mon souhait est de voir Mr. Daniel evoluer dans la meme logique jusqu’au bout du rouleau (Cad, jusque a l’obtention du Pouvoir un jour proche du demain) sans ceder, ni decevoir le pauvres peuple congoalais surtout de la diaspora car ceux qui sont au pays, a ma grande surprise ils sont tous encore distrait et la majorite sont des peurreux… Reste dans ta logique Mr. Daniel et percevere car au moins tu le sais deja que le vieux Tshitshi est deja assez Vieux et en ce moment il n’y a pas d’autres personnages qui fond face a ce delinquent et illettré de Kabila que Mr. Khamere a pus reussir a nous faire croire que ce dernier fut sur le banc de l’ecole dont on retrouve meme [as les archives nul part. Tres surprenant, il y a aujourd’hui Mr. Mfumu toto qui vient avec plein d’anologie en se refferent tout le temps sur les ecris de la constitution qui n’ont jamais ete respecter et a mon humbe avis il serait le mieux placer de le savoir, mais il oublie que cetrte logique n’a jamais marcher ni respecter par ce DEMON De Kabila et sa bande. Deja la premiere violation Kabila a comit C’est du faitque kabila est soit disant president de La RDC, par defis biensure…Il n’est meme pas Congolais et a ma grande surprise Mr. Mfumu toto n’a jamais evoque’ cela dans ses propos.
    Alors, Mr. Daniel je te demanderais de rester serun dans tes propos et j’apprecie ton franchise et ta determination de faire face aux realites et la vrais source du probleme.
    Nous aimerions bien aider le Congo ainsi que les vrais Politics congolais, mais neamoins nous sommes en meme temps perdus et decus par de nombreux politics congolais Y compris Mr. Bemba au cours des elections 2006. On ne sait plus a qui faire confiance ce jour…
    Que le reign revienne a Grand Congo Na Beto….

  2. MOBOKO Jules

    Nous ne savons pas comment cet incivique et escroc de Muana Nteba a eu le courant de se présenter a la Télé et parle pour le peuple Congolais. Voleur, Détourneur de Bourse…

  3. Ange MOLOPI

    Mfumuntoto inoxydable n’a ni détourné ni volé ni rien de semblable… Nous sommes derrière vous…

  4. Sage

    Mfumu Ntoto, cette sagesse que je vien
    de voir en vous soit votre guide.
    Sois beni pour l’amour que tu as enver le gent qui t’attaque.
    et votre connaissance nous est tres utile pour la reconstruction de la patrie
    courage,
    Loboko na motema

  5. dr franscisca samato

    DANIEL MWANA NTEBA APPAREMENT TU ES UNE DEMENCE,SI POSSIBLE PASSE A L’HOPITAL MILITAIRE AU CAMP KOKOLO POUR DE SOIN APPROPRIE ET NOUS SOMMES VICTIME DE TON ESCROQUERI EN 2003 AVEC LE FAMEUX BOURSE D’ETUDE POUR LA FINLANDE,COMMENT PEUX-TU PRETENDRE UN JOUR DIRIGER CE PAYS CAR TON CASIER JUDICIAIRE EST MEDIOCRE VOIR MEME MAUVAIS,TOT OU TARD TU VAS PAYE LE PRIX

  6. SEIGNEUR

    mawa trop

  7. Revolver Ocelot

    Mfumu Ntoto, comme beaucoup d’autres Congolais, pratique à souhait l’onanisme intellectuel.

  8. Etumba

    « Je vous ai compris » était la phrase-clé du discours du 4 juin 1958 à Alger du Général C. De Gaulle.

    De son vivant,il aurait certainement aussi dit à l´égard des Congolais:“Congolaise ,Congolais,monsieur Kanambe,goutant au pouvoir et voulant s´éternisé ,vous nourrit par ses mamelles de promesses;bientot le mot faim sera bani de votre vocabulaire du quotidien dans votre beau pays au sol et sous-sol scandaleusement riches.Car lui et moi,nous nous comprenons!!!“

    Comme on le sait cette la phrase „ Je vous ai compris“ était si ambiguë que c’était clairement volontaire : il s’agit d’une phrase qui typiquement visait à rassurer tout le monde sans prendre position.

    Son discours,étant écrit par ses nègres de service,Kanambe est plus convaincu que les congolais sont des sous- hommes.

    Jetant de la poudre aux jeux des Congolais,la candidature de Kanambe aux élections présidentielles 2016 vient d´etre officielement lancée.

  9. papy

    Monsieur Muana Nteba, un fumeur de chanvre

  10. EMILE

    C’est surtout le journaliste qui m’a beaucoup impressionne avec des questions tres pertinentes et la facon dont il conduit le debat. Felicitation Mr le journaliste !!! Quant aux 2 invites , ils sont tout simplement moyens cad 50%,. Mr MUANA NTEBA est vraiment trop arrogant, imbus de lui-meme,il prend des airs de « je connais tout », on a l’impression qu’il regarde NFUMU NTOTO de haut, ce ne sont pas des qualites pour un homme politique. En outre je voudrais dire a ces 2 debatteurs que vos diplomes universitaires n’interessent pas le peuple, mais plutot les idees que vous avez pour trouver des solutions a leur nombreux problems,

  11. génie de la littérature congolaise

    @ CHERS FRÈRES

    Une émission qu’on suit à la télévision ou à la radio peut passer soit en directe soit en différée après être enregistrée dans un studio ou ailleurs. Ayons un jugement, un esprit critique, procédons par un doute (méthodique) avant de nous avancer! Qu’on se garde donc d’encenser trop vite la démocratie ou le processus de la démocratisation dans notre pays sous peine de déceptions. Comme j’ai toujours dit : la démocratie dans notre pays est mon rêve le plus abouti. C’est un sujet que je pèse au kilo.D’un côté, mettons sur une balance tous les faits qu’on considère comme émanant de la démocratie dans notre pays, et de l’autre côté, mettons les faits qu’on considère contraire à la liberté ( viols, assassinats, arrestations arbitraires, privations des droits et des libertés…), et réalisons de quel côté doit pencher la balance! En ce moment-là on pourra défendre ou pas la démocratie dans notre pays.

  12. BA ELITE YA MBOKA YA CONGO YANGO OYO , BA MIYIBI BO KANGA BA BANGA NA BINO

    BOMONI BINO MOKO BABENGI BINO BA COMEDIEN MIBALE, MPONA NINI? LIKAMBO ATA MOKO YA MALONGA OYO EYOKANI NA NA DEBAT NA BINO EZALI TE,

    LIKAMBO OYO EYEBANI NA DEBAT NA BINO EZALI KAKA PASSAGE NA BANGO NA UNIKIN , NA RAPROCHEMENT NA BINO NA POUVOIRE OYO YA MUNYOKOLI,

    CARTON ROUGE EZALI KOZELA BINO SOKI BO CHANGER MENTALITY WANA TE, BA SOIS DISANT INTELECTUEL YA UNIKIN NA BA OYO BAYAKA NA BA DIPLOME YA POTO , BANGO NDE BAZALI KO CONTRIBUER NA DISCRIMINATION MPE NA DESTRUCTION YA VALEUR YA PEUPLE YA NBOKA OYO ,

    KASI LELO TONGO EZALI NDE MPENA YA KOTANA NPONA PEUPLE OYO ANYOKUAMI MINGI, BOZALI BA INTELLECTUEL KASI BOZANGI BOSOSOLI YA KOYEBA MPE KOMONA E TE POUVOIRE YA NBOKA OYO ESI EZONGI NA MABOKO YA PEUPLE CONGOLAIS.

    NA LINGI NA SALISA BINO MUKE NA MAYELE NA NGAYI , BINO MIBALE BOZALI KOMONANA NA AGE YA MOIN DE 50 ANS OU BIEN LIKOLO YA 50 ANS.

    BOZALI KOYEBA MUKE NDENGE NBOKA OYO ENYOKUAMI KOBANDA , LIBOSO YA 1960 MPE NA SIMA YA 1960, BOYEBI LISUSU E TE , MBOKA YA CONGO NA PEUPLE CONGOLAIS , VALEUR NA YE, NA EXISTANCE NA YE BABUNDISAKA YANGO NA MONDE YA BA CAPITALISTE, BANGO NDE BASALE E TE, PEUPLE YA NBOKA OYO YA BOMENGO EBELE , BAZALA NA VIE NDENGE MOKO NA BA NYAMA YA NZAMBE, BAYEBA A TA BA VALEUR HUMAIN NA BANGO TE, MALGRE BAZALI KOKENDE NA CLASSE MPE NA UNIKIN

    BA CAPITALISTE BATIKALA KOTIKELA PEUPLE OYO TEMP TE ,NPO AYEKOLA NINI BABENGAKA BA VALEUR HUMAINE , OR UN ETAT DE DROIT, SOKI UDPS TE , OYO AYAKA NA REVELATION YA UN ETAT DE DROIS NE LUTTE CONTRE LES ANTI VALEUR YA PEUPLE CONGOLAIS MBELE LELO OYO BANA NA BISO NA BISO TOYEBI ESIKA NINI TOLINGANKI TOZALA . BA CAPITALISTE BAZALI KOPONELA BISO BAKUNZI YA BA NYAMA , BA LION NA BA LEOPARD MPO BAKAMBA BISO NA NDENGE YA BONYAMA.

    KASI EZALI KOKAMUISI MINGI , MPONA KOMONA BA NDEKO OYO MIBALE NA DEBAT NA BANGO ,, ELOKO YA MALONGA BAYEBISI PEUPLE OYO NPONA RECONSTRUCTION YA ETAT NA YE EZALI TE, BASALI KAKA MAKELELE YA PAMBA NA NDENGE YA MUSIQUE NA BA DANCE YA MODELE YA BA ROIS YA ZAMBE ..

    SALA COMPARAISON, ZUWA KAKA DEBAT YA BANDEKO MIBALE OYO , ZUWA LISUSU BA INTERVANTION YA BA ELITE YA UDPS OYO TOBENGAKA BA PAELEMENTAIRE DEBOUT , OKOMONA E TE ETUDE YA MALONGA YA POLITIQUE EZALI NDE NA UDPS QUE NA UNIKIN,

    OKOMONA QUE BA ELITE YA UDPS WANA BAZALI NDE BA POLITICIEN YA SOLO, BA DEFENSEUR YA VALEUR YA NBOKA OYO , KOLEKA BANDEKO OYO MIBALE,

    ELOKO EYOKANI NA DEBAT NA BANGO EZALI NDE PASSAGE NA BANGO NA UNIKIN , NA RAPROCHEMENT NA BANGO NA POUVOIRE OYO YA MUNYOKOLI, CARTON ROUGE EZALI KOZELA BINO SOKI BO CHANGER MENTALITY WANA TE, TONGO EZALI NDE MPENA YA KOTANA NPONA PEUPLE OYO ANYOKUAMI MINGI

  13. MAITRE HILARION

    @ ETUMBA

    Bonjour cher compatriote.

    Ma réflexion était intitulée : »TSHISEKEDI A-T-IL LA FIBRE DEMOCRATIQUE? PORTE-T-IL EN LUI UN IDEAL DEMOCRATIQUE?  »

    Vous me dites : « Protagoras aidant ,en général, vous auriez plutot formulé la sémantique de la manière suivante: « Les partis politiques sont-ils nécéssaires à la démocratie?  »

    Convenez avec moi que le sujet que je propose n’a aucun rapport avec la formulation que vous auriez voulu que j’en fasse. Il s’agit de deux sujets totalement différents. Dans mon sujet, je parle d’un homme, d’une personnalité physique, d’un acteur de la vie politique congolaise, TSHISEKEDI. Dans la formulation que vous proposez, vous parlez des partis politiques. Un parti politique est une organisation politique. Il s’agit d’une personnalité morale et non d’une personnalité physique. Vous êtes d’accord avec moi que TSHISEKEDI n’est pas un parti politique, mais une personne physique, un acteur de la vie politique congolaise même si, par ailleurs, il est président d’un parti politique. Vous êtes d’accord avec moi que TSHISEKEDI n’est pas l’UDPS. Voilà, en partie, pourquoi les deux sujets sont différents et donc le développement de l’un n’exclue pas celui de l’autre et vice-versa. Je dis en partie car j’aurai pu évoquer d’autres raisons qui différencient les deux sujets.

    Pour revenir à mon sujet, je le recommencerai le jour où l’occasion se présentera; encore faut-il que je dispose du temps nécessaire pour cela. Quand on commence un travail, on doit le mener jusqu’au bout et c’est ce que je ferai.

    Je vous souhaite de passer un bon dimanche, cher ETUMBA.

    Avec Amour, Lumière & Respect

  14. Lumumba77

    Ba comediens mibale. Kieeeeeeeeeeee!!!

  15. Etumba

    @Maitre Hilarion.

    Bonsoir,

    Considérant votre introduction en préambule,le débat par vous proposé sur « « TSHISEKEDI A-T-IL LA FIBRE DEMOCRATIQUE? PORTE-T-IL EN LUI UN IDEAL DEMOCRATIQUE? » est accidentellement pour moi clos.

    « L’homme est la mesure de toute chose : de celles qui sont, du fait qu’elles sont ; de celles qui ne sont pas, du fait qu’elles ne sont pas. »:Protagoras

    Protagoras aidant ,en général, vous auriez plutot formulé la sémantique de la manière suivante: « Les partis politiques sont-ils nécéssaires à la démocratie? »

    Néamoins ,je renvoie l´obvervateur à la lecture de cet objet d´étude sur:http://amd.belfort.free.fr/24partis.htm

    Merci et bonne nuit

  16. La voix de la raison

    @Mombele

    Ndeko,landa motindo ya Mfumuntoto na Mwananteba basololi. Kofinga à ta mokote. Bondeko etangisa you. Bokongolais oyo bafingaka bandeko nabango bazali baboli ya mboka.
    Matondo

  17. MOMBELE MUTEKE

    DANIEL muana temba olati bien tala toto kaka mbua ya kanambe mbongo ozui somba ata elamba kozala bosoto lokola KANAMBE TOTO SOLO muana temba tuna ye mutu yasuki na mutu akatisuki nani azala koloba makambo ya bien

  18. MOMBELE MUTEKE

    toto yo olobaki ozali naposa batu bayoka yote pona nini olobaka kaka koloba mingi miyibi okondi ozali kolia bien te DIEL OLATI BIEN pesa pe toto aka bilamba daniel tuna ye mutu azali na suki ebele na mutu akati suki nani azali kosalela kanambe ezali oyo akatisuki toto zomba

  19. Etumba

    Ndeko @Maitre HILARION,

    Veuillez lire:
    « LA FIBRE DEMOCRATIQUE DANS LES PARTIS POLITIQUES ET LEUR CHEF »
    Merci

  20. gaou

    MBOKA BATO BAZALI KOKUFA, BINO BOZALI KOSALA DEBAT
    TANGO FRANCE EZALAKA OCCUPEE, DEBAT NINI BA FRANçAIS BAZALAKI KOSALA ?
    DEBAT EKO SALEMA TANGO PAYS EKOZALA LIBERé COMPLETEMENT ET Là ON POURRAIT ORGANISER DES DEBATS INSTRUCTIFS SUR NOS PLATES FORMES TELEVISEES.
    JOURNALISTE WANA AZALI NA ELONGI YA PPRD. DEBAT EPOLA, ILS FONT TOUS LE JEU DU POUVOIR EN PLACE. IL N’Y A PAS D’OPPOSITION EN RDKONGO à PART LE LIDER MAXIMO.
    JE NE SUIS PAS DE L’UDPS. SOYONS LUCIDES ET M23 AKOMI KO CONTROLER BA PORTIONS YA TERRITOIRE YA MBOKA.

  21. MAITRE HILARION

    @ ETUMBA

    Bonsoir cher compatriote.

    Oui, je reconnais avoir proposé une réflexion dont vous rappelez le sujet dans votre commentaire. Dans ma démarche, j’avais d’abord commencé par recenser des faits sur lesquels devait s’appuyer ma réponse. La première série des faits avait bien été publiée, malheureusement, vous vous en souviendrez, la seconde série ne l’avait pas été, malgré mon insistance. Il se fait que je devais m’absenter de France pour environ une semaine. A mon retour, j’ai constaté que cette deuxième série était finalement publiée, mais la vidéo sur laquelle j’avais lancée cette réflexion était reléguée à la quatrième page du site. Il n’y avait donc plus aucun intérêt que je continue cette réflexion car on n’écrit pas pour soi, mais pour les autres. Aussi, avais-je promis de reprendre plus tard cette réflexion dans une autre vidéo qui cadrerait mieux avec ce sujet.

    Je viens de vous lire. mais j’avoue ne pas très bien vous comprendre. En effet, vous parlez entre autres de l’école, des élections, de la CENI, des combattants, etc. Voulez-vous, s’il vous plait, expliciter ou reformuler, vos propos afin que je puisse vous répondre, si c’est ce que vous attendez de moi Si vous n’y voyez aucun inconvénients, merci de reformuler les points suivants dont je ne vois pas le rapport ni avec le sujet que j’avais proposé ni avec le développement que j’avais commencé à faire. Il s’agit des copier-coller.

    1. « L´usage en illustration faite par vous en recourrant aux termes tels que élèves et professeurs ,me conduit implicitement ,au regard de vos écrits à la notion de l´école: »

    2. « Bref la réponse à votre questionement est contenue dans le raisonnement concessif de votre propre sujet de réfexion. Ici,vous semblez admettre un fait qui s´ oppose à sa thèse,mais vous maintenez finalement votre point de vue. »

    3. « Théoriquement,selon vos souhaits,la politique devrait se pratique un peu comme un match de football si on appliquait les principes de ce sport.

    Par avance, merci.

    Avec Amour, Lumière & Respect

  22. JR.KINSALA

    Moi je ne dirais pas du tout que nous sommes en démocratie ni entamons le processus de démocratisation.En revanche,nous sommes un peuple qui subit ou est en passe de subir l’humiliation;un peuple sous l’occupation,nous sommes sous la colonisation .nous sommes au pied d’égalité avec le peuple palestinien et les noires sud africains d’apartheid.D’abord il’y a eu de la révolution française ou la libération avant d’entamer le processus de démocratisation et non l’inverse.On casse d’abord l’oeuf avant de faire de l’omelette.

  23. Etumba

    @Maitre Hilarion
    Ave!
    Vous nous avez propose en date du Septembre 22, 2013 at 5:11
    « TSHISEKEDI A-T-IL LA FIBRE DEMOCRATIQUE? PORTE-T-IL EN LUI UN IDEAL DEMOCRATIQUE? » comme vaste sujet de débat:

    L´usage en illustration faite par vous en recourrant aux termes tels que élèves et professeurs ,me conduit implicitement ,au regard de vos écrits à la notion de l´école:
    Ici, le dictionaire francais définit l´école comme étant un établissement,un lieu de savoir où l’on accueille des individus appelés « écoliers » afin que des professeurs leur dispensent un enseignement de façon collective. Le mot école vient du latin schola, signifiant « loisir consacré à l’étude », lui-même provenant du grec scholè (« le loisir), lequel constituait un idéal souvent exprimé par les philosophes et une catégorie socialement valorisée opposée à la sphère des tâches productives.

    Cette école en RDC est très loin du „normatif „condorcien qui, par pédagogie et par le droit de chacun à l’instruction, fondement de la République ,voudrait conduire inévitablement à la République car son projet tend à former des citoyens libres, égaux et fraternels .

    Selon la Lizadeel, la RDC compte plus de 7 millions d’enfants qui ne fréquentent plus l’école faute de moyens de leurs parents.

    Je ne m´appesantirais ni sur la démotivation des enseignants, non payés ou pas suffisamment rémunérés, fesant perdre ce plaisir qui était à la base de leur motivation,ni du manque de support didactique et du manque de formation continue pour les enseignants qui contribuent de nos jours à maintenir le niveau des élèves à un très bas niveau.

    L’important pourcentage de la population de notre pays sans instruction est inquiétant. Car on ne peut envisager le développement dans un pays qui tourne le dos à l’éducation de ses habitants. La RDC ne peut prétendre ni à la démocratie, ni à l’esprit inventif, ni à la mondialisation,ni à la modernasition; elle encourt plutôt le risque d’être compté parmi les États esclaves soumis.

    L´ instruction n’est plus au centre des préoccupations ni de l’État ni des enseignants ni des inspecteurs pédagogiques. Le non-financement de l’éducation a pour conséquence la corruption qui reste l’indicateur, évident, de la pauvreté dans nos écoles et universités.

    L’intelligence et l’application aux leçons ne sont plus les seuls moyens de réussir. Un peu d’argent suffit pour y parvenir.Le modus operendi, c’est la corruption.

    Aujourd´hui,la voie royale étant l´instruction,les parents estiment que la réussite est devenue un droit pour l’élève de peur de devoir payer plusieurs fois les mêmes frais scolaires. C´est ainsi qu´ ils succombent à la corruption.

    Le budget alloué actuellement au secteur de l’éducation nationale s’élève à 15%. soit 22 millions de dollars américains .Par ailleurs, le budget 2013 accorde au parlement et à la présidence de la république, chacun, un budget de 3 milliards de Francs congolais (environ 3 millions USD). Faites en vous-meme le raisonnement proportionnel !!!

    Pour le politique congolais,assoifé de pouvoir,l´instruction du peuple constitue un danger imminent.

    Savoir c´est pouvoir: A cette occasion ,rappelons ici de Mobutu qui à deux reprises en 1969 et en 1971, pour y mettre, définitivement fin „au désordre selon ses propres termes“avait fait enrôler de force dans l`ANC(armée nationale congolaise) tous les étudiants de l’université Lovanium de Kinshasa, lorsque ceux-ci se soulevèrent et organisèrent des manifestations de protestation contre son régime despotique. Comme on le sait ces manifestations furent étouffées sans pitié.

    La R.D.C., notre pays est classée en dernière position sur les 187 pays et territoires couverts par l’indice de développement humain IDH 2011, qui fait l’objet d’un classement publié par le PNUD.

    Revenons à l´école ou à l´instruction selon l´évangile de Condorcet:
    En effet,la liberté individuelle qui est gouvernée par la raison intérieure en est indissociable puisque c’est par la rencontre des intelligences, instruites et libérées de toute forme d’asservissement, que se perfectionnera l’humanité et se développera la raison.

    Selon Condorcet,le pouvoir politique et l’État doivent donc être dégagés de toute forme d´ allégeance , pour que l’entente de base nécessaire à la fraternité, comme fondement de l’amour de l’humanité, ne soit pas bloquée. C’est là la tâche des politiques :
    L’amélioration du sort des hommes passe par l’éducation de tous et par leur commune participation au progrès du savoir.

    A qoui servirait la liberté à un peuple sans instruction?
    L´école idéalisée de condorcet n´avait pas fait l´unanimité de tous, comme vous le savez.Pensez aux diatribes virilantes de Robespierre à son endroit.

    Revenons en RDC:
    L´étape essentielle de toute consultation démocratique, la sensibilisation de la population aux enjeux et procédures des scrutins revêtait une importance particulière. Or la Commission électorale ne s’était que très faiblement investie dans la sensibilisation des électeurs lors du cycle 2011. Alors que la RDC reste caractérisée par un taux élevé d’analphabétisme et un système électoral complexe (notamment pour la députation), cet effort aurait dû être prioritaire.

    Comme son prédécesseur l´abbé Malu-malu,rappelons que le Pasteur NGOY MULUNDA Nyanga du PPRD (majorité présidentielle), fesant partie de l’équipe de campagne du candidat J.Kabila en 2006,avait été désigné ,en vertu de la loi promulguée par le président J. Kabila,comme président de la Commission électorale nationale indépendante (Céni) chargée d’organiser les élections couplées présidentielle et législative du 28 novembre 2011.

    Rappelons aussi que la Céni a été crée suite à la constitution de Transition du 19 Avril 2003: l’accord de Sun-Cityy signé en A.S ; cet accord politique avait mis en place les institutions de transition en RDC avec comme Président de la République, en calcul politique à long terme, J.Kabila.

    Comme en 2006, les accusations de partialité portées contre la CENI, dès le début des préparatifs électoraux s´étaient multipliées. La CENI a rarement réagi directement en réponse aux accusations de clientélisme politique et communautaire,son fond de commerce, parmi son personnel.

    La nomination du Pasteur Mulunda a valu à la CENI d’avoir à faire face à de nombreuses récriminations, tout au long du processus, de la part des partis politiques, des candidats et des organisations de la société civile engagés dans ce cycle électoral.

    L’absence d’une procédure précise permettant à la CENI de veiller sur la régularité du processus et des procédures spécifiques pour certains délits électoraux pendant la campagne électorale (activités de campagne en dehors du délai légal, utilisation de biens ou fond publics, atteintes à la liberté de campagne),la non régulation des finances des partis politiques en l’absence de contrôle effectif pour garantir l’égalité des chances entre les candidats et aussi assurer la transparence par rapport aux comptes de campagne ,l’absence de mécanismes de sanction pour certaines infractions comme l’achat de cartes d’électeurs les copies de résultats, une activité condamnable car contraire au principe de libre formation de la volonté de l’électeur,l’absence de dispositions claires concernant le droit des témoins à exiger des présidents de bureaux de vote la copie des résultats,la mention de leurs observations et réclamations pendant le scrutin et le dépouillement ou lorsqu’un des membres de la CENI refusait de signer les PV de consolidation des résultats
    etaient là quelques cas de flagrance constatée à charge contre la CENI.

    La CENI avait fixé comme jour du scrutin le 28 novembre mais elle avait aussi ouvert des
    bureaux de vote le 29 et le 30 Novembre en prétextant que ces BV n’avait pas pu ouvrir
    comme prévu en raison de problèmes logistiques ou de sécurité. L’article 52 de la loi
    électorale stipule cependant que «les jours et heures d’ouverture et de fermeture des bureaux de vote sont fixés par la Commission Électorale Nationale Indépendante». Pourtant, l’article 41 des mesures d’application de la loi approuvées par la CENI en Août 2011 précise que «le scrutin dure 11 heures. Il débute à 6 heures et prend fin à 17 heures, heure locale»; la seule exception prévue est lorsqu’: «à l’heure officielle de la clôture, le président du bureau de vote constate qu’il y a une file d’électeurs en attente, il fait ramasser les cartes à partir du dernier électeur présent». Le fait que le scrutin ait continué au delà du 28 Novembre 2011 a donc pu influencer le vote des électeurs et constitue indéniablement une irrégularité substantielle.

    La loi électorale n´avait prévu, dans aucune de ses dispositions, la possibilité pour le bureau de la CENI de publier de résultats partiels. Néanmoins, elle l’avait fait pendant plusieurs jours jusqu’au 4 Décembre sans indiquer ni les BV dont les résultats étaient pris en compte, ni la circonscription concernée ni les taux de participation. Cela n’avait, par conséquent, pas permis aux candidats et aux partis politiques de vérifier la conformité des chiffres communiqués par rapport aux PV des résultats affichés par le chef de bureau de vote et de dépouillement dont une copie devait être remise aux témoins. Cette publication des résultats partiels par la CENI sortait non seulement du cadre juridique électoral mais était contraire au principe général de transparence. Les seuls résultats partiels prévus par la loi électorale, dans l’article 70, sont les résultats des Centres locaux de Compilation des Résultats (CLCR)lorsqu’ils étaient rendus publics par affichage.
    Aux CLCR, une fois la compilation terminée, les présidents ont envoyé les PV à Kinshasa, au lieu de les montrer à tous les témoins pour qu’ils puissent en vérifier les résultats et les signer après avoir exercé leur droit d’observation et de contestation tel que prévu par
    l’article 40 de la loi électorale. Pourtant, cette transmission des PV des CLCR ne pouvait
    se faire qu’après affichage, ce qui n’avait pas été fait dans plusieurs circonscriptions.
    Ces PV des CLCR ont été comptabilisés à Kinshasa au travers du Centre National de Traitement des résultats (CNT) après examen par une « commission ad hoc»,créé conformément à l’art. 57 des mesures d’application de la Loi électorale «afin de recevoir les résultats consolidés de tous les centres locaux de compilation par les secrétaires exécutifs provinciaux».

    Même si l’intervention de cette commission était uniquement comptable, elle restait cependant soumise au principe de transparence. Dans ce cadre les témoins et les observateurs avaient donc le droit d’être présents aux délibérations, notamment quand il s’agissait de redresser les résultats des PV des CLCR reçus, en suivant les dispositions de l’article 71 de la loi électorale.

    Il a été malheureusement constaté que les témoins et les observateurs n’avaient eu accès ni au CNT et ni commité ad hoc pour la comptabilisation des résultats des élections présidentielles et législatives.Le fait que les PV des CLCR, même affichés, n’aient pas été signés par les témoins des principaux candidats, comme prévu dans l’article 56 de la loi électorale, n’impliquait pas leur annulation ; cela avait remis cependant sérieusement en doute leur crédibilité puisque les témoins, même s’ils n´étaient pas d’accord avec les résultats contenus dans le PV, pouvaient toujours exiger la mention de leur contestation dans ces documents (article 40 de la loi électorale)

    La non compilation de près de deux mille PV à Kinshasa, qui avaient été réceptionnés au
    niveau des CLCR mais avaient par la suite disparu ou avaient été détruits, avait affecté les résultats des élections et leur crédibilité; cela n’avait pas donné lieu à des sanctions pénales contre les responsables de ces pertes et destructions, conformément aux articles 82, 83 et 89.

    Alors que les travaux de compilation n’étaient pas terminés, l’expulsion de témoins et
    d’observateurs de certains CLCR était contraire à l’article 41 de la loi électorale. Cet article
    ne prévoit de telles mesures qu’en cas de désordre ou d’obstruction aux opérations électorales.

    L’expulsion de témoins et d’observateurs avait, en particulier, été observée aux CLCR de
    Kinshasa en plusieurs occasions.La publication des résultats avait été effectuée sur le site d’internet de la CENI. Ceci avait été fait le 9 Décembre, sans que la CENI n ´eut procèdé en même temps à une publication des résultats détaillés par BV et la mise en ligne des copies scannées des PVde résultats. Cette manière de faire aurait utilement contribué à rendre crédible des résultats qui suscitaient le soupçon, notamment ceux des cinq CLCR du Katanga où la participation s’était avérée supérieure à 89% et le vote pour le président sortant proche des 100%.

    La loi électorale stipulait que la Cour Constitutionnelle était chargée de juger le contentieux électoral mais cette dernière n’ avait toujours pas été installée. La loi organique portant organisation et fonctionnement de la Cour Constitutionnelle, votée en son temps vers février-mars 2011 par le Sénat et l’Assemblée nationale, avait été transmise au chef de l’État pour promulgation. Néanmoins, en faisant usage des pouvoirs conférés spécialement par la constitution, le Président de la République l’avait déclarée non conforme à la constitution et il l’a renvoyée pour amendement.

    A la demande de Kabila, cette loi organique avait été amendée par le parlement et la loi avait été de nouveau envoyée au Président pour promulgation; ce qui n’avait pas été le cas jusqu’à ce jour. Dans tous les cas, à défaut de promulgation de la loi par le président de la République, dans le délai de 15 jours, la loi devenait de jure et entrait en vigueur automatiquement (art .140 al.2 de la Constitution).

    La loi organique portant organisation et fonctionnement de la Cour constitutionnelle n’est
    toutefois pas encore opposable puisqu’elle n’a pas été publiée au Journal Officiel. Il convient de rappeler que le service de publication de lois dépend en RDC, directement de la Présidence de la République.

    La Cour Suprême de Justice, en l’absence de la Cour constitutionnelle, était devenue une
    institution-clé dans le déroulement du processus électoral en RDC puisqu’elle était juge du
    contentieux électoral et était chargée de proclamer les résultats définitifs des élections présidentielle et législatives. L’ensemble de l’opposition avait contesté son indépendance car ses magistrats avaient été choisis par le Président, moyennant l’intervention formelle du Conseil Supérieur de la Magistrature, une institution dont les membres étaient aussi désignés par le Président. En outre, la nomination de 18 nouveaux magistrats à la CSJ pendant la campagne électorale avait violé les conditions établies par le Statut de magistrats en raison d’un enjambement spectaculaire et inadéquat de deux voire trois grades sous prétexte d’assurer la bonne gestion du contentieux électoral. Ces nouveaux magistrats avaient prêté serment pendant la cérémonie de la rentrée judiciaire présidée par le Président candidat, cérémonie qui non seulement n’était pas prévue par la loi portant statut de magistrat, mais était devenue un acte de campagneélectorale. Enfin, le fait que le premier Président de la CSJ aurait pu avoir un conflit d’intérêt familial avait été soulevé par l’opposition quia remis en cause une nouvelle fois l’indépendance de la CSJ par rapport au contentieux électoral.

    Puisque nous parlons d´élection au Congo,il est bon de rappeler que les premières élections législatives libres au Congo ont eu lien en 1965.Moise Tshome de la CONACO(convention nationale congolaise) en sortira vainqueur.La suite est connue avec le coup d´état de J.Mobutu du 24 Novembre 1965 avec ses 32 ans de dictature,soutenu par le capitalisme et le monde occidental.

    « Si vous n’êtes pas capable de pourvoir à votre propre subsistance, vous devenez par définition dépendant de quiconque veut bien y pourvoir pour vous. » :
    Ici il est bon de rappeler que les élections de 2006 avait été finnancée par l´Union europénne: cette forme d ´assistanat financier est la tendance caractérisque des occidentaux à nier la souveraineté et la responsabilité des dirigeants congolais, pour les placer dans un état de dépendance permanent, ce qui leur permet de le dominer ou d’en faire comme bon leur semble au principe et intérets du capitalisme.

    La politique décidant sur le sort et l´avenir de la RDC se fait à Luanda,à Kigali, à Kampala,Washington ,Paris ,Londres… sauf à Kinshasa.Je ne m´étendrais pas sur les accords de Lemera avec comme cosignataire L.D. Kabila de l`AFDL,“le liberateur des Congolais“ et n´étendrais pas non plus sur la casquade des accords passés et signés depuis par J.Kabila avec nos pays voisins limitrophes.

    J.Kabila devrait etre l´objet d´une interdiction de saluer les couleurs nationales et de chanter
    notre hymne national,le DEBOUT CONGOLAIS,exaltant l’amour de la patrie et du développement de la RDC.

    Une chose est certaine:Aujourd´hui,comme tout le monde le sait J Kabila,parachuté au pouvoir à la tete de ce pays,jouant double jeu et à la nationalité congolaise douteuse,n´oeuvre pas pour les intérets supérieurs de la RDC, au grand bonheur de la consommation éxtérieure et des étrangers.

    On constatera que des vides juridiques et législatifs importants en outre avaient subsisté dont la non-régulation du financement des partis politiques et des campagnes électorales.

    Le taux de participation du scrutin de 2011 s’ était élevé à 58,81% selon les statistiques.Par extrapolation,sur la foi des PV que „détiendrait“ son parti, Étienne Tshisekedi avait contesté les résultats et s’était donc déclaré vainqueur de l’élection présidentielle.

    Les résultats du scrutin confirment à nouveau très largement le caractère ethnique et
    provincial des partis politiques congolais, qu’ils soient anciens ou nouveaux:partis de la majorité et de l’opposition possédaient leurs bases dans les provinces d’où étaient originaires leurs leaders:

    Le Katanga pour le PPRD, le PPPD, l’ECT, l’UNADEF et l’UNAFEC ; l’Equateur pour le MLC et le PDC ; le Bandundu pour le PALU et l’ARC ; le Kasaï Oriental et Occidental pour l’UDPS ; le Nord Kivu pour le RCD -KML et le Sud-Kivu pour l’UNC.

    Par obligation d´allégeance à son chef, l´UDPS est prise en otage et l´on s´y attendait!
    L´homme de Limeté s´étant autoproclamé Pr.de la République,il ne pourrait etre servi doublement de l´extérieur et de l´intérieur, partout en meme temps et lieu.
    La nature volage du politique congolais sans vertu étant ce qu´elle est,cette équation d´ubiquité nous conduit devant un constat unanime de l’implosion imminente de l´UDPS préprogrammée dans l´irrévocabilité de la fuite en avant de son chef
    L´exercice de la démocratie est d´abord une stratégie relevant du calcul arithmétique et non du calcul émotionnel.
    Depuis que l´ UDPS a été créé en 1982, il n’y a jamais eu aucune réunion du collège des pères fondateurs qui a élu ou désigné Etienne Tshisekedi en qualité de président national.
    Son autoproclamation en 1997 en qualité de « Président National » n’est ni plus ni moins qu’un acte d’usurpation de pouvoir.
    L´ANC (Congres national africain cré en 1912)a survécu à son père fondateur Josiah Tshangana Gumede.
    Ceci étant ,je crains fort que l´UDPS, dans la forme de sa condition de structures actuelles , ne puisse avoir de longevité d´existence autre que celle de la durée de vie de son patron,aux allures dictatoriales,qui en a fait son arrière-boutique personnel ethnique et clanique.

    Arithmétiquement minoritaire,les éxilés économiques de l´UDPS au parlement,ne changeront substantiellement en rien aux décisions , votes et textes de projets des lois face à la majorité écrasante du MP qui a pu ,en amont et en son temps ,tirer son épingle du jeu via la Ceni et la cour suprème de justice,deux institutions en vases communicants, acquises d´avance à la cause de J.KABILA , en prince Machiavelli , au grand bonheur de la „consommation extérieure étrangère“.
    Des morts et victimes congolais, jetés en pature sur l´hotel des sacrifices de l´UDPS pour rien.

    Bref la réponse à votre questionement est contenue dans le raisonnement concessif de votre propre sujet de réfexion. Ici,vous semblez admettre un fait qui s´ oppose à sa thèse,mais vous maintenez finalement votre point de vue.

    Ici l´analyse lue sur Congomikili est concluante:
    Malgré les soupscons de fraudes électorales,Kabila a à ce jour l´impérium ,c´est à dire qu´il est détenteur qu´on le veuille oui ou non de l’imperium majus,le pouvoir suprême.cet impérium est une vertu distinguant une personne de la foule,tandis qu´E.Tshisekedi ,en victime de cette fraude présumée, a le soutient et la sympatie de la foule.

    http://www.congomikili.com/analyse-du-jour-francis-kalombo-avocat-au-proces-diomi-affaire-ko-somba-ndaku-na-kinshasa/ dans sa premiere partie.

    A propos des combatants:
    L’essence de la démocratie est le pouvoir sans limite de la majorité. C’est la notion même d’absence de contraintes sur le gouvernement, tant que son comportement est validé par la majorité des votes. La démocratie incarne l’idée selon laquelle la fonction de l’État est de mettre en place « la volonté du peuple ».
    Il est dramatique que la confusion autour du sens de la démocratie permette l’accès au pouvoir de mouvements despotiques, leur offrant sur un plateau ce qu’ils n’auraient jamais pu s’offrir autrement – la légitimité populaire. Mais lorsqu’une majorité politique s’estime en mesure d’imposer sa vue à l’ensemble d’une population peu importe les conséquences, „la guerre civile „n’est plus très loin.
    La démocratie n’est pas le système d’organisation le plus élevé, seulement celui qui offre une forme de défense contre l’arbitraire et de bien piètre façon en se reposant sur le nombre.
    Conférer les pleins pouvoirs à des tyrans „démocratiquement“ élus est plus parlant qu’utiliser la démocratie pour miner les droits individuels, mais ces deux approches nuisent chacune à la cause de la liberté. Nous devons mettre un terme à la confusion entre démocratie et liberté. La politique doit cesser d’avoir pour principe fondateur le pouvoir sans limite de la majorité, pour lui préférer les droits inaliénables de l’individu.

    Ceci étant, l´attitude des Combatants , dans les pays occidentaux d´acceuil où ils respirent et goutent la démocratie, par voie de rétorsion arbitraire systématique à l´endroit de la clientèle de Kabila, répond essentiellement pour paraphraser Albert Camus dans l´’Homme révolté à une nécessité anarchique de révolte ,conduisant au spectacle de la déraison, devant des conditions injustes et incompréhensibles de la situation de pourriture règnante et entretenue par le pouvoir de Kinshasa sur tous les étages de la république.

    Vu sous l´angle de l’anthropologie ,la connaissance de la nature humaine (propension à la domination) et l’expérience historique montrent que l’exercice du pouvoir est foncièrement dangereux.
    Parler de « méchants combatants », c’est introduire la morale en politique, et risquer de glisser vers le « spiritualisme ». Les philosophes matérialistes savent que la politique n’a pas pour moteur la morale mais les rapports de » forces ». On doit cependant se garder de négliger le fait que l’exigence morale est aussi une force, et même une force qui peut devenir politique. On peut ajouter que la morale au sens de la vertu est un des accès privilégié du peuple à la politique, l’autre étant les besoins matériels.

    Je me suis volontairement permis d´extrapoler :Il manque la vertu politique au peuple congolais et à ces dirigeants,depuis la mise à l´écart par JD Mobutu(MISO GA),le 24 Novembre 1965 de Kasa-Vubu, l’homme qui était et restera pour toujours le premier président de ce pays, absent dans la mémoire et le subconscients des Congolais. Sa vie, pourtant très passionnante : son parcours politique, riche, passe presque inaperçu ; ses idées politiques et son rôle dans le processus de l’indépendance, pourtant déterminants sont mis sous l’éteignoir. Son personnage, pourtant exemplaire, NE FAIT JAMAIS ECOLE.

    Certaines langues tordues l´accusent d´etre un »YUMA »,un homme de vertu ,un homme intègre,

    Ces excès de zèle des combatants prédateurs sont le résultat du système de valeurs mises en place, des défaillances éducatives et sociales de la société, et du manque d’autocritique et de réflexion sur elle-même

    Théoriquement,selon vos souhaits,la politique devrait se pratique un peu comme un match de football si on appliquait les principes de ce sport.

    Un joueur compétent se fait remarquer même simplement par ses touches de balles. Un homme politique aujourd’hui devrait pouvoir faire valoir son CV politique fait d’actions concrètes sur l’amélioration des conditions de vie du peuple.

    Les congolais ont commis une erreur politique : celle d´avoir pensé qu´avec l’avenement au pouvoir des Kabila que tous leurs problèmes au quotidien seraient résolus.Ici se pose également la question de la démocratie via l’exercice du pouvoir, provoquant un éventuel retour à la situation d’avant.

    Comme vous le voyez,nous sommes dans la logique de la conquête du pouvoir. Or, l’expérience a montré que lorsque ces prédateurs arrivent au pouvoir, ils continuent la gestion rentière des ressources naturelles. Et le peuple de s´exclamer : « Et pourtant, il parlait bien lorsqu’il était dans « l’opposition » ! »

    Le degré de perversion et de cruauté d’une société, est relatif à l’ambiance dans laquelle évolue cette société. Cette ambiance dépend de la place occupée par le peuple (proie ou souverain). Elle dépend également du caractère du pouvoir dominant.

    Je termine ici en vous saluant patriotiquement.

  24. MAITRE HILARION

    Bonjour chers compatriotes.

    Je me permets de rappeler à tous ceux qui ont la mémoire courte que MFUMU NTOTO a toujours critiqué KABILA de façon virulente dans quasiment toutes les émissions où il est invité et peu importe la chaîne qui l’invite.

    Ce n’est donc pas la première fois que nous assistons à cette libération de la parole dans les médias. C’est donc un point positif à saluer quels que soient, par ailleurs, des abus qui peuvent être commis ici ou là en RDC et qui doivent être dénoncés et condamnés. La démocratie, je le rappelle, est un long processus. Elle ne se réalise pas en un claquement de doigt. Comprenne qui pourra!

    Avec Amour, Lumière & Respect

  25. mpuku

    C* EST HONTEUX AU SOIT DISSANT INTELECTUELS CONGOLAIS DES UNIVERSITAIRS MANIPULER PAR 1 NON UNIVERSITAIRE D*UNE MOUVAISE POLITIQUE CONTRE NOTRE PAYS,MR NTOTO OUBLIEZ VOUS DE NS AVOIRE DIT QUE KABILA TRAVALLAIT EN COMPLICITER AVEC LA COMMUNAUTE INTERNATIONAL CONTRE NOTRE PAYS ? VS AVEZ TROMPER KABILA DE LA VERITE C*EST LA LEGITIMITEE MEME MR WELO N*AS PAS DIT CEQUE LA DIASPORA DEMMANDE,NON PAS ARMANT TUNGULU OU AUTRES PRISONIERS MAIS,LA LEGITIMITE QUI EN FINT AUTOMATIQUEMENT VA REGLER NOS PROBLEMES SVP ET KABILA SERA RESPECTER AU CONGO COMME EX PRESIDENT. MAMA LEMBE O PESA CONSEILLES NA BWANA YAKO ,BEAUCOUP DE GENTS EMPROFITENT DE SA PRESENCE POUR LUIS SALLIRE.

  26. MAITRE HILARION

    @ Génie de la littérature congolaise

    Bonjour cher compatriote.

    Si vous m’aviez bien compris, vous n’auriez pas posé cette question qui est un non-sens par rapport à mon commentaire. J’avais en substance dit ceci : le devoir d’honnêteté nous oblige à saluer toutes les avancées qui vont dans le sens de ce que les congolais souhaitent et de dénoncer tout ce qui ne vas pas en RDC. Partant de là, tous les abus doivent être dénocés etcondamnés. Ma position est claire comme de l’eau de roche, à moins d’être aveugle ou de mauvaise foi pour ne pas vouloir la comprendre et chercher à me faire dire ce que je n’ai pas dit.

    Votre question aurait été sensée si j’avais dit : circulez! Il n’y a rien à voir. Tout va bien en RDC. Or, vous conviendrez avec moi que c’est tout le contraire des propos que je tiens. En tant que littéraire, vous devriez maîtriser le sens des mots. Et, lorsque je répète plusieurs fois que la démocratie est un long processus, cette affirmation aurait, à elle seule, suffit à vous faire comprendre ma position. Je constate avec beaucoup de regret que ce n’est pas le cas, malheureusement.

    Cher compatriote, arrêtez, s’il vous plait de vous rabaisser. j’en attendais mieux de vous. Qu’entendez-vous en affirmant que je ne veux pas vous affronter directement? Echanger par courriel, c’est ce que vous appelez un affrontement direct? Comprenons quand même le sens des mots et expressions que nous utilisons. Je vous en prie, soyons sérieux! Quand vous vous adressez à moi anonymement, je vous réponds anonymement. Lorsque vous vous adressez à moi en citant mon pseudo, j’agis de même. Où est le problème? Si vous pensez, par ailleurs, que vous êtes mon plus grand adversaire, libre à vous de le penser.

    Si vous venez ici pour vous chercher des adversaires, c’est votre démarche et cela n’engage que vous. Quant à moi, je ne suis pas dans cette démarche. J’interviens pour dire ce que j’ai à dire et que je crois être logique. Libres à ceux qui ne sont pas d’accord avec mes propos de les réfuter, comme je le dis plusieurs fois, en leur opposant des arguments contraires ou contradictoires basés soit sur des règles logiques soit sur des faits soit sur les deux. Voilà pourquoi, cela ne m’intéresse pas d’échanger avec ceux d’entre nous qui ont perdu la raison au profit de la passion.

    Pour terminer, je vous répète ce que j’avais déjà dit : Moi je suis dans la raison et vous, vous aviez reconnu être dans la passion. J’attends donc des personnes qui veulent débattre avec moi d’être également dans la raison, ce qui n’est pas, vous le noterez avec moi, votre cas.

    Avec Amour, Lumière & Respect

  27. génie de la littérature congolaise

    Une émission vient d’être présentée sur le site, personne ne sait ce qu’elle aura comme retombées. Se féliciter si hâtivement de la bonne marche de la démocratie dans notre pays résulte d’un piège à lapins. Derrière une carotte, il peut y avoir une trappe.

  28. NKONDO MALEMBE

    VOICI L’ESPOIR DE LA NATION CONGOLAISE DANIEL MUANA NTEBA PLUS AVANCEZ EN POLITIQUE DE LA VRAI DEMOCRATIE ET FUTUR PRESIDENT DE LA RDC SOKI BISO MOKO BA CONGOLAIS TO NDIMI YO JE CROIS PARTOUT AU MONDE BA NDIMI YO NA BA WA BA NDIMI MUANA NTEBA BRAVO ET COURAGE INGETA NFUMU NTOTO TU ES INTELLIGENT MAIS TU DOIT FAIRE UN EFFORT DE DIFFERANCIER C QUI BON EST CE QUI EST MAUVAIS AVEC LA CONCERTATION K.O TOTAL VOUS SERREZ VOULEZ PAR KANAMBE ALIAS KABILA LE SANGUINAIRE VAMPIRE TUTY DEGAGE AVEC BASANGA


Leave a Reply

*

captcha *


Secure Payment

Enter Payment
$