FRANCE 0033758301871
CANADA +1514 7002199
[email protected]

Achat carte d’ appel


Kinshasa : Anniversaire de la 3e voie

Congomikili.com vous présente ce reportage: Kinshasa , Anniversaire de la 3e voie . No comment, suivez ces images !




TODAY FAITS DIVERS: WHO COULD THINK THAT PEOPLE COULD BUY WORD…

The Most Expensive marketing on the internet, By Larry Kim from Paid Search Marketing

Based On the heels of search engine blow-out Q2 2011 earnings announcement last week,here is the most expensive words and phrase according most search engine are : looking car dealer(new car, loan for car, buying a car, car credit, auto financing) , student loans, internet service, account bank with no credit, credit online, best credit, find the best bank mortgage, bank accounts , checking account, current bank accounts , debit card, online accounts, best credit cards, bank account , bank loan, best price for internet services, conferencing, phone for internet, internet and phone, phone card, conference call with colleagues, conference call to work, conference call in office, Instructions how to conference call, ip telephone, gold buy , where to buy gold , gold coin, online credit, open online account, mutual funds, free accounting, findcredit Suisse, Looking for a doctor, health problem, depression, solution for 401k, stocks, investment, social work help,mesothelioma and mesothelioma related issues, mesothelioma attorney los angeles , attorney in los angeles, www mesothelioma . com ,right attorneys, la attorneys, criminal justice, law criminal, insurance companies, dwi, criminal law, best los angeles attorney , best la lawyers in criminal law . In 1990 when the all internet thing started, who could think that some days people could buy words.

s

congomikili.com
Pour contactez Congomikili.com appelez le +1514-7002199 ou par email [email protected]
  1. NFUMU NTOTO YEBISA PEUPLE CONGOLAIS REASON YA ASSOCIATION NA YO NA BA ANTI-VALEUR BA MOBUTISTE

    NFUMU DECLARATION NA YO NA RADIO LISOLO , EZALAKI KITOKO PAPA.
    KASI , NA NDENGE BISO PEUPLE LIKOLO YA MPASI OYO BALUKELAKI BISO TOSI TOKOMI SEPTIQUE , ENTENDEMENT NA BISO EKOMA DIFFICIL.

    BASI BATONGA BISO MPO TOZALA BA DEMOCRAT CONGO MOBIMBA NDE YANGO BOMONAKA , SOKI MUA ERREUR MUKE ESALAMI , TO KOLINGA EXPLICATION ,

    EXAMPLE MOKO EZALI BOYE , OKOKI KOLOBA TE KE BANDEKO NA BISO YA KASAI BAZALI BA DEMOCRATE TE,, NGAYI NA KOYEBISA BINO BOYE , BANGO NDE BA DEMOCRATE YA SOLO , BOKOKI KOMITUNA NPONA NINI NAZALI KOLOBA BOYE ,

    PARSQUE BOMENGO YA EKASAI NDE ESALISAKI BOKUNZI YA MOBUTU , NA YA KABILA KANANBE TI LELO, BA KASAIEN BAZALAKI KAKA KOTOSA BA GOUVERNEMENT NYONSO WANA ,BATALELAKI BA LIDER NA BANGO YA KASAI TE A TA BAZALAKI MAKASI NA POLITIQUE .NPONA KOPESA PEUPLE CONGOLAIS UN ETAT DE DROIS ,

    BAINDEKO NA BINO YA KASAI SOKI BAYEKOLAKA KOLINGA NBOKA OYO TE BAKOKAKI KONDIMA BASAKANA NA BOMENGO NZAMBE ATIYEIA NA MABELE YA KASAI OYO E SUPPORTER BA REGIME DICTATORIAL YA MOBUTU NA KABILA TE , ( BETA NA YOUTUBE KOMA MBUJI MAYI DIAMOND OKONDIMA MAKANBO OYO NYONSO NAI KOMI AWA .
    .

  2. Sagesse de Dieu

    Distraction, distraction, non-sens

  3. NFUMU NTOTO YEBISA PEUPLE CONGOLAIS REASON YA ASSOCIATION NA YO NA BA ANTI-VALEUR BA MOBUTISTE

    BOMSALI LINGOBA NA BINO BIEN , KASI BOKAMUISI PEUPLE CONGOLAIS NA BA DISCOUR YA MOBUTU , ( OYO AKOTISAKI NBOKA OYO NA BOKONO OYO EZALI KOBOMA NBOKA OYO TI LELO )

    SOKI EZALI MALEDICTION TE NPONA KOSANGISA , TOKOZELA KAKA REASON NA REPONSE APAYI YA NFUMU NTOTO ,

    EZALI ESENGO MINGI NPONA NBOKA NA BISO , MPO BOZALI KOSALA RAPPEL YA BITUMBA YA LIBERATION OYO BABANDAKI NA 1960.- 1965 LUMUMBA -KASAVUBU, 1982 – 2011 UDPS NA PEUPLE CONGOLAIS,

    DICTATURE YA MINDELE EYE KOZONGA NA MOBUTU , NA 1982 UDPS ATELEMAKI NA RESISTANCE MAKASI CONTRE DICTATURE, TI NA NDENGE BA ANTI VALEUR YA MOBUTU NA MOBUTU YE MOKO BAKUEYAKI ,

    ANTI VALEUR YA MIBALE ,AKOTI SIMA YA PHOTO YA PRESINDANT YA UDPS NA MULONGO YA BA CONGLOMERAT BAKOSI PEUPLE BALOBI BAKOTI EZALI NPO TE MOBUTU NA CLANT NA YE BABOYI KO RESPECTER CNS (CONFERENCE NATIONAL SOUVERAINE ) KABILA AKUEYI LOKOLA NPUKU ATIKELI BISO BA CONGLOMERAT OYO TOZALI KOBUNDA NA BANGO LELO , I.

    LELO OYO BOYIKI TE KE BA M23 BAZALI KO RECLAMER BA VERITER DES URNE .PEUPLE CONGOLAIS AZALI KOSENGA BA DIASPORAT BAZALI KO RECLAMER KAKA VERIITER DES URNE ,

    KASI YO Mr NTOTO NA ASSOCIATION NA YO NA MOBUTISTE BOZALI KO REVENDIQUER NINI, BOLINGA , BOLINGA TE UDPS AKOTIKALA NA HISTOIRE YA NBOKA EKOTIKALA LIBELA , PEUPLE YA NBOKA OYO KITOKO AYEBI E TE KAKA UDPS NDE ARTISANT YA UN ETAT DE DROIS CONTRE LES ANTI VALEURS YA NBOKA OYO

  4. maseba

    Yo Soki Mfumu Ntoto omoni olakisi ke ozali koreclammer pouvoir ya bangala babotola bino na Kabila, Aventurier na b’analyse ya lokuta et tu veux croire aux gens que tu es le plus l’intelligeant que tout le congolais. Escrot vanda na yio moyibi ya mbongo, sala kaka ALIBA bus.

  5. La lettre de Son Excellence Mr. Tshisekedi à Ngbanda Nzambo

    Mon cher petit frère Ngbanda.
    Combien, dans les choses humaines, la fortune a de pouvoir, et comment on peut y résister.
    Je n’ignore point que bien des gens ont pensé et pensent encore que Dieu et la fortune régissent les choses de ce monde de telle manière que toute la prudence humaine ne peut en arrêter ni en régler le cours : d’où l’on peut conclure qu’il est inutile de s’en occuper avec tant de peine, et qu’il n’y a qu’à se soumettre et à laisser tout conduire par le sort.
    Cette opinion s’est surtout propagée de notre temps par une conséquence de cette variété de grands événements que nous avons cités, dont nous sommes encore témoins, et qu’il ne nous était pas possible de prévoir : aussi suis-je assez enclin à la partager.
    Néanmoins, ne pouvant admettre que notre libre arbitre soit réduit à rien, j’imagine qu’il peut être vrai que la fortune dispose de la moitié de nos actions, mais qu’elle en laisse à peu près l’autre moitié en notre pouvoir. Je la compare à un fleuve impétueux qui, lorsqu’il déborde, inonde les plaines, renverse les arbres et les édifices, enlève les terres d’un côté et les emporte vers un autre : tout fuit devant ses ravages, tout cède à sa fureur ; rien n’y peut mettre obstacle.
    Cependant, et quelque redoutable qu’il soit, les hommes ne laissent pas, lorsque l’orage a cessé, de chercher à pouvoir s’en garantir par des digues, des chaussées et autres travaux ; en sorte que, de nouvelles crues survenant, les eaux se trouvent contenues dans un canal, et ne puissent plus se répandre avec autant de liberté et causer d’aussi grands ravages. Il en est de même de la fortune, qui montre surtout son pouvoir là où aucune résistance n’a été préparée, et porte ses fureurs là où elle sait qu’il n’y a point d’obstacle disposé pour l’arrêter.
    Si l’on considère la RDCongo, qui est le théâtre et la source des grands changements que nous avons vus et que nous voyons s’opérer, on trouvera qu’elle ressemble à une vaste campagne qui n’est garantie par aucune sorte de défense. Que si elle avait été prémunie, comme le Rwanda, l’Ouganda et le Burundi, contre le torrent, elle n’en aurait pas été inondée, ou du moins elle n’en aurait pas autant souffert.
    Me bornant à ces idées générales sur la résistance qu’on peut opposer à la fortune, et venant à des observations plus particularisées, je remarque d’abord qu’il n’est pas extraordinaire de voir un dictateur comme Mobutu prospérer un jour et déchoir le lendemain, sans néanmoins qu’il ait changé, soit de caractère, soit de conduite. Cela vient, ce me semble, de ce que j’ai déjà assez longuement établi, qu’un dictateur qui s’appuie entièrement sur la fortune tombe à mesure qu’elle varie.
    Il me semble encore qu’un dictateur est heureux ou malheureux, selon que sa conduite se trouve ou ne se trouve pas conforme au temps où il règne. Tous les hommes ont en vue un même but : la gloire et les richesses ; mais, dans tout ce qui a pour objet de parvenir à ce but, ils n’agissent pas tous de la même manière : les uns procèdent avec circonspection, les autres avec impétuosité ; ceux-ci emploient la violence, ceux-là usent d’artifice ; il en est qui sont patients, il en est aussi qui ne le sont pas du tout : ces diverses façons d’agir quoique très différentes, peuvent également réussir.
    On voit d’ailleurs que de deux hommes qui suivent la même marche, l’un arrive et l’autre n’arrive pas ; tandis qu’au contraire deux autres qui marchent très différemment, et, par exemple, l’un avec circonspection et l’autre avec impétuosité, parviennent néanmoins pareillement à leur terme : or d’où cela vient-il, si ce n’est de ce que les manières de procéder sont ou ne sont pas conformes aux temps ?
    C’est ce qui fait que deux actions différentes produisent un même effet, et que deux actions pareilles ont des résultats opposés. C’est pour cela encore que ce qui est bien ne l’est pas toujours. Ainsi, par exemple, un dictateur gouverne-t-il avec circonspection et patience : si la nature et les circonstances des temps sont telles que cette manière de gouverner soit bonne, il prospérera ; mais il décherra, au contraire, si, la nature et les circonstances des temps changeant, il ne change pas lui-même de système.
    Changer ainsi à propos, c’est ce que les hommes, même les plus prudents ne savent point faire, soit parce qu’on ne peut agir contre son caractère, soit parce que, lorsqu’on a longtemps prospéré en suivant une certaine route, on ne peut se persuader qu’il soit bon d’en prendre une autre. Ainsi l’homme circonspect, ne sachant point être impétueux quand il le faudrait, est lui-même l’artisan de sa propre ruine. Si nous pouvions changer de caractère selon le temps et les circonstances, la fortune ne changerait jamais.
    Le dictateur Paul Kagame fit toutes ses actions avec impétuosité ; et cette manière d’agir se trouva tellement conforme aux temps et aux circonstances, que le résultat en fut toujours heureux. Considérez sa première entreprise, celle qu’il fit sur son propre pays le Rwanda, du vivant de Habyarimana : les Zarois la voyaient de mauvais œil, et elle était un sujet de discussion pour notre pays le Zaire à l’époque et le Congo-Brazza ; néanmoins, Paul Kagame s’y précipita avec sa résolution et son impétuosité naturelles, conduisant lui-même en personne l’expédition ; et, par cette hardiesse, il tint les Zairois et les Hutu en respect, de telle manière que personne ne bougea : les Zairois, parce qu’ils craignaient, et les Hutus, parce qu’ils désiraient rester maîtres chez eux. D’ailleurs, Paul Kagame entraîna Museveni à son aide ; car ce dictateur, voyant que Paul Kagame s’était mis en marche, et souhaitant gagner son amitié, dont il avait besoin pour abaisser les Tutsis, jugea qu’il ne pouvait lui refuser le secours de ses troupes sans lui faire une offense manifeste.
    Paul Kagame obtint donc, par son impétuosité, ce qu’un autre n’aurait pas obtenu avec toute la prudence humaine ; car s’il avait attendu, pour partir de Kampala, comme tout autre rebelle aurait fait, que tout eût été convenu, arrêté, préparé, certainement il n’aurait pas réussi. Museveni, en effet, aurait trouvé mille moyens de s’excuser auprès de Paul Kagame, et les autres puissances en auraient eu tout autant de l’effrayer.
    Je ne parlerai point ici des autres opérations de ce dictateur de Paul Kagame, qui, toutes conduites de la même manière, eurent pareillement un heureux succès. Du reste, la longévite de sa vie au pouvoir ne lui a pas encore permis de connaître les revers qu’il eût probablement essuyés s’il était survenu dans un temps où il eût fallu se conduire avec circonspection ; car il n’aurait jamais pu se départir du système de violence auquel ne le portait que trop son caractère.
    Je conclus donc que, la fortune changeant, et les hommes s’obstinant dans la même manière d’agir, ils sont heureux tant que cette manière se trouve d’accord avec la fortune ; mais qu’aussitôt que cet accord cesse, ils deviennent malheureux.
    Je pense, au surplus, qu’il vaut mieux être impétueux que circonspect ; car la fortune est femme : pour la tenir soumise, il faut la traiter avec rudesse ; elle cède plutôt aux hommes qui usent de violence qu’à ceux qui agissent froidement : aussi est-elle toujours amie des jeunes gens, qui sont moins réservés, plus emportés, et qui commandent avec plus d’audace.
    Son Excellence Mr. Tshisekedi Wa Mulumba
    Fait à Kinshasa, le 10 Avril 2013

    ++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++
    Comment on doit fuir les flatteurs Rwandais
    Je ne négligerai point de parler d’un article important, et d’une erreur dont il est très difficile aux Kabilistes de se défendre, s’ils ne sont doués d’une grande prudence, et s’ils n’ont l’art de faire de bons choix ; il s’agit des flatteurs, dont les cours sont toujours remplies.
    Si, d’un côté, les Kabilistes aveuglés par l’amour-propre ont peine à ne pas se laisser corrompre par cette peste, de l’autre, ils courent un danger en la fuyant : c’est celui de tomber dans le mépris. Ils n’ont effectivement qu’un bon moyen de se prémunir contre la flatterie, c’est de faire bien comprendre qu’on ne peut leur déplaire en leur disant la vérité : or, si toute personne peut dire librement à un Kabiliste qu’elle croit vrai, il cesse bientôt d’être respecté.
    Quel parti peut-il donc prendre pour éviter tout inconvénient ? Il doit, s’il est prudent, faire choix dans ses États de quelques hommes sages, et leur donner, mais à eux seuls, liberté entière de lui dire la vérité, se bornant toutefois encore aux choses sur lesquelles il les interrogera. Il doit, du reste, les consulter sur tout, écouter leurs avis, résoudre ensuite par lui-même ; il doit encore se conduire, soit envers tous les conseillers ensemble, soit envers chacun d’eux en particulier, de manière à les persuader qu’ils lui agréent d’autant plus qu’ils parlent avec plus de franchise ; il doit enfin ne vouloir entendre aucune autre personne, agir selon la détermination prise, et s’y tenir avec fermeté.
    Le Kabiliste qui en use autrement est ruiné par les flatteurs, ou il est sujet à varier sans cesse, entraîné par la diversité des conseils ; ce qui diminue beaucoup sa considération. Sur quoi je citerai un exemple récent. Monseigneur Monsengwo, cardinal de la RDCongo, ancien archévêque de Kisangani, disait ceci de Joseph Kabila « qu’il ne prenait jamais conseil de personne, et qu’il ne faisait jamais rien d’après sa volonté ». Monsengwo, en effet, est un homme fort secret, qui ne se confie à qui que ce soit, et ne demande aucun avis ; mais ses desseins venant à être connus à mesure qu’ils sont mis à exécution, ils sont aussitôt contredits par ceux qui l’entourent, et par faiblesse il s’en laisse détourner : de là vient que ce qu’il fait un jour, il le défait le lendemain ; qu’on ne sait jamais ce qu’il désire ni ce qu’il se propose, et qu’on ne peut compter sur aucune de ses déterminations.
    Un Kabiliste doit donc toujours prendre conseil, mais il doit le faire quand il veut, et non quand d’autres le veulent ; il faut même qu’il ne laisse à personne la hardiesse de lui donner son avis sur quoi que ce soit, à moins qu’il ne le demande ; mais il faut aussi qu’il ne soit pas trop réservé dans ses questions, qu’il écoute patiemment la vérité, et que lorsque quelqu’un est retenu, par certains égards, de la lui dire, il en témoigne du déplaisir.
    Ceux qui prétendent que tel ou tel Kabiliste qui paraît sage ne l’est point effectivement, parce que la sagesse qu’il montre ne vient pas de lui-même, mais des bons conseils qu’il reçoit, avancent une grande erreur ; car c’est une règle générale, et qui ne trompe jamais, qu’un Kabiliste qui n’est point sage par lui-même ne peut pas être bien conseillé, à moins que le hasard ne l’ait mis entièrement entre les mains de quelque homme très habile, qui seul le maîtrise et le gouverne ; auquel cas, du reste, il peut, à la vérité, être bien conduit, mais pour peu de temps, car le conducteur ne tardera pas à s’emparer du pouvoir.
    Mais hors de là, et lorsqu’il sera obligé d’avoir plusieurs conseillers, le Kabiliste qui manque de sagesse les trouvera toujours divisés entre eux, et ne saura point les réunir. Chacun de ces conseillers ne pensera qu’à son intérêt propre, et il ne sera en état ni de les reprendre, ni même de les juger : d’où il s’ensuivra qu’il n’en aura jamais que de mauvais, car ils ne seront point forcés par la nécessité à devenir bons.
    En un mot, les bons conseils, de quelque part qu’ils viennent, sont le fruit de la sagesse du Kabiliste, et cette sagesse n’est point le fruit des bons conseils.

  6. ZUANGA BIEN

    MASOLO KITOKO…….. MFUMU NTOTO PONA NINI OBENGISI JOURNALISTE OYO YA COLABO KOBENGISAKA YELISUSU TE AZALI COLABO……. MERCI MINGI MFUMU NTOTO NZAMBE ABATELA YO………. MFUMU NTOTO MUPEPE YA SIKA……. INGETAAAAAAA

  7. jalousie

    courage et bonne chance mfumu ntoto

  8. Djo

    KAGAME et KABILA PRIS LA MAIN DANS LE SAC PAR LA DGSE (service secret Français )

    Direction Générale de la Sécurité Extérieur, la DGSE, détiendrait des preuves accablantes accumulées autour de la situation de l’Est de la RDC.

    Avant que le gouvernement français n’intervienne au conseil de sécurité en faveur de la RDC, la France, avait diligentée une mission secrète grâce aussi à la pression de la diaspora Congolaise pour faire la lumière sur les vrais instigateurs et responsables des rebellions qui opèrent en RDC en toute impunité. La DGSE s’est chargée pour faire la lumière sur cette tragédie qui se déroule au vu et au su de tout le monde en RDC.

    Avant un développement succinct de cette affaire, nous devions savoir qui est la DGSE!

    La DGSE est un service de l’État, placé sous l’autorité du pouvoir exécutif, qui opère dans un cadre juridique et déontologique très strict.

    Ses activités, définies par l’autorité politique, ont pour objectif exclusif la protection des intérêts français. Leur réalisation concourt, notamment, à la protection des citoyens français partout dans le monde.
    Pour cette mission spécifique, elle œuvre en partenariat étroit avec l’ensemble des services de sécurité nationaux.

    Son champ d’action se situe principalement hors des frontières de la France, où elle applique des méthodes clandestines de recherche du renseignement.
    La DGSE présente plusieurs particularités. Elle est tout à la fois :

    Un service de renseignement extérieur, qui recherche à l’étranger des informations secrètes, intéressant la défense et la sécurité nationale (renseignement de crise, contre terrorisme, contre prolifération notamment).
    En communiquant aux autorités les éléments ainsi recueillis et analysés, elle participe à leur prise de décision. La DGSE est naturellement présente dans les zones de crise et là où les intérêts français sont en jeu. Le secret des moyens employés et des objectifs poursuivis garantissent la sécurité de la DGSE et de ses agents.

    Un service spécial, qui permet le maintien d’une présence, là où les canaux diplomatiques ne peuvent plus être utilisés.

    Un service intégré qui, à la différence de la plupart des services de renseignement occidentaux, maîtrise la totalité des modes de recueil de renseignement : sources humaines, capteurs techniques (interceptions électromagnétiques et imagerie satellitaire), moyens opérationnels et exploitation des sources ouvertes. La DGSE obtient également des renseignements par le biais de coopérations avec d’autres services, français et étrangers. Enfin, la DGSE dispose d’une capacité d’entrave et d’action clandestine.

    A la lumière ce qui est dit plus haut, la DGSE avait reçue la mission d’infiltrer l’entourage de Joseph KABILA et de mettre des mouchards sur le dictateur qui sévit en RDC , dès le départ de Nicolas SARKOZY.

    La mission initiale se serait déroulée d’une manière inattendue avec beaucoup de preuves accablantes contre Joseph KABILA et le président Rwandais Paul KAGAME. Des informations recueillies qui ont mis François HOLLANDE, dans une colère noire…

    Ce qui est étonnant dans ces dossiers classés confidentiels, les protagonistes, plutôt des instigateurs de ces drames, ne prenaient aucune précaution d’usage pour brouiller leurs conversations multiples, souvent à la langue nationale rwandaise, le Kinyarwanda. Plus d’un dizaine de fois en Kinyarwanda, moins de 10 fois en Français et quelques fois en anglais…

    Lors de ces captures d’information à caractère secrètes, Joseph KABILA rendait compte à Paul KAGAME pour la suite du déroulement de leur plan de balkanisation de la RDC. La mise en place des rebellions, des connexions inhérentes aux pillages de l’Est de la RDC.

    Ces informations, ces révélations avaient mis, le président Hollande dans une réflexe dure à l’égard de l’imposteur qui est à la tête de la RDC. Il dira, je cite ; comment un homme peut-il trahir un peuple d’une façon assez abjecte ?

    Lors de l’intervention du Président François Hollande au sommet de la francophonie qui s’est déroulé à Kinshasa, au mois d’octobre dernier, il avait mis l’accent sur l’intégrité territoriale de la RDC, parce qu’il en savait quelque qui se tramait dans l’Est de la RDC. C’est à cette période là, que ses services avaient mis sur sa table tous les rapports accablants incriminant ces deux présidents fauteurs des troubles dans la région des grands lacs.

    C’est de là est parti, l’idée de remplacer d’une manière ou une autre cet imposteur qui au demeurant est le problème pour la paix en RDC.

    Le président Sassou Nguesso a été consulté de par son expertise de la région pour donner sa position sur Joseph KABILA et la réorganisation politique de la sous région lors de son dernier séjour en France.

    Ce qui paraît aujourd’hui probable, c’est l’assainissement du climat politique dans la région. La livraison du colis Bosco Ntaganda à la CPI, résulterait aussi des pressions que Kigali a reçu des états unis, suite ce dossier secret de la DGSE qui fera tomber les maîtres de la région.

    François Hollande, résolument décidé de faire la peau à Paul KAGAME et de KABILA avant la fin de son mandat, décide d’accélérer les choses . Raison pour laquelle également, on voit des manœuvres militaires à MBANDAKA avec l’apport de l’Afrique du Sud de ZUMA l’inconstant et fourbe sans au préalable demander l’aval de son parlement.

    Il aurait le quitus des Etats Unis pour débarrasser de la sous région de tous les seigneurs de guerres pour pacifier l’Est de la RDC et les pays des grands lacs. Même le nouveau patron de la RCA Michel Djotodia, est sur le chemin du départ, et sera remplacer par le fils de Félix Ange PATASSE..

    Cela étant confirmé par la DGSE, Joseph KABILA serait de fait, d’origine autre que celle congolaise, de surcroît responsable de la grave crise que la RDC n’a jamais connue. Mais, il y a un réel souci, de savoir qui remplacera ce goujat de Kigali à la tête de la RDC ?

    Raison de son agitation autour de l’opposition et ses manœuvres qui consistent à voir des comploteurs partout avec ses coups état manqués cousus du fil blanc. Mais cela n’intéresse personne et n’amuse plus personne…

  9. MERCI MINGI PEUPLE DE DIEU

    BOMSALI LINGOBA NA BINO BIEN , KASI BOKAMUISI PEUPLE CONGOLAIS NA BA DISCOUR YA MOBUTU , ( OYO AKOTISAKI NBOKA OYO NA BOKONO OYO EZALI KOBOMA NBOKA OYO TI LELO )

    SOKI EZALI MALEDICTION TE NPONA KOSANGISA , TOKOZELA KAKA REASON NA REPONSE APAYI YA NFUMU NTOTO ,

    EZALI ESENGO MINGI NPONA NBOKA NA BISO , MPO BOZALI KOSALA RAPPEL YA BITUMBA YA LIBERATION OYO BABANDAKI NA 1960.- 1965 LUMUMBA -KASAVUBU, 1982 – 2011 UDPS NA PEUPLE CONGOLAIS,

    DICTATURE YA MINDELE EYE KOZONGA NA MOBUTU , NA 1982 UDPS ATELEMAKI NA RESISTANCE MAKASI CONTRE MEME TRAVAIL KO BANDA 1982 TO NA MOYI YA LELO UDPS AZALI KOKOBA NA NZELA WANA. ESENGO EZALI YA TE MUSALA UDPS EMONA.

Leave a Reply

*

captcha *


Secure Payment

Enter Payment
$